Pages Menu
Menu

Pratiques du Véhicule Adamantin (Vajrayana)

Parmi les Pratiques qui sont présentées ci-dessous, si vous souhaitez que certaines d’entre elles, qui ne figurent pas dans le programme, soient enseignées, rendez-vous sur le Forum, rubrique Pratiques.

Lorsqu’au moins cinq personnes se seront mises d’accord pour une date, Lama Tsultrim pourra donner l’enseignement, en dehors des retraites de groupe déjà programmées et selon ses possibilités.

L'Être-Adamantin        

L'Homme-Vêtu-de-Coton

Le Sage-Éveillé Lumière-Infinie

La Libératrice verte

La pratique du Bouddha de Médecine

Le Transfert du principe conscient

La pratique d'Avalokiteshvara

La pratique de Trancher

La pratique de Nyoung-Né

 

L'Être-Adamantin

(Vajrasattva en Sanscrit, Dordjé Sempa en Tibétain)

 

L’Être-Adamantin
(Vajrasattva en Sanscrit,
Dordjé Sempa en Tibétain)

 

Bien que nous n’en soyons pas conscients, nous avons depuis des temps sans commencement accumulé dans le courant de notre esprit une quantité inimaginable d’actions négatives et de voiles. Il en est complètement imprégné et, sans les dissiper ou les purifier, il n’est pas possible de progresser vers l’éveil.

La pratique de l'Être-Adamantin (Vajrasattva), faite avec une grande sincérité et sans distraction, opère cette purification. L'Être-Adamantin est un aspect de l’Éveillé qui exprime la pureté fondamentale de l’éveil et met en œuvre son pouvoir de purification ; aussi, une grande influence spirituelle est-elle liée à sa pratique. Pour opérer la purification grâce à cette pratique, la combinaison de plusieurs éléments est nécessaire, qui sont : l’influence spirituelle de l’Être-Adamantin (Vajrasattva), le pouvoir de son Verbe-Sacré et les qualités de notre pratique.

 

Notre esprit est par essence vide : il n’a ni forme ni couleur ni quelque caractéristique que ce soit ; et les empreintes négatives, les pensées et les émotions qui sont dans l’esprit, sont également vides, invisibles, sans forme ni couleur ; pourtant elles sont présentes et ont la capacité de nous nuire. Elles existent en tant que multiples facteurs interdépendants qui illusionnent notre esprit. Pour les purifier, la pratique de  l’Être-Adamantin utilise d’autres facteurs interdépendants qui sont les aspects de la méditation qui permettent cette purification.

Dans la pratique, la purification s’opère au moyen de quatre forces : celle du regret des actes négatifs antérieurs, celle du support constitué par les différents engagements que l’on a pris, celle de l’antidote consistant en les représentations et récitations de la méditation proprement dite, et celle de la résolution de ne pas réitérer les actions négatives. Ensemble, elles permettent une purification complète, quels que soient les actes négatifs que nous avons pu commettre.

Des personnes, à notre époque, admettent que la méditation est une bonne chose, mais la récitation d’un Verbe-Sacré(mantra) semble souvent curieuse (mantra : qui protège l’esprit, gardien de l’esprit). Si l’esprit est bien le plus important, il n’y a pas que celui-ci, car nous sommes globalement constitués d’un corps, d’une parole et d’un esprit et il est important de mettre en œuvre tous ces constituants : méditer avec l’esprit, réciter avec la parole le Verbe-Sacré, et garder la posture adéquate avec le corps. La récitation, sans distraction, du Verbe-Sacré est importante car elle a un pouvoir particulier sur l’esprit. En fait, le Verbe-Sacré est le son-vide, facteurs interdépendants et co-émergence.

Par ailleurs, les voiles et les empreintes négatives qui sont à purifier sont aussi des facteurs interdépendants et ils sont vides de nature propre ; c’est pourquoi leur purification est possible. L’interaction des aspects des facteurs interdépendants, du Verbe-Sacré et des empreintes négatives dissout celles-ci et opère la purification. C’est ainsi que la pratique peut avoir un effet purificateur réel. Comprendre vraiment les facteurs interdépendants et la vacuité, c’est se rapprocher de l’Éveil ; et c’est en ne les comprenant pas que nous errons dans le cycle. Le plus important est que l’esprit soit vraiment présent dans la récitation.

Up

 

Vénérable-Humain-Vêtu-de-Coton (Milarépa)

 

Vénérable-Humain-Vêtu-de-Coton (Milarépa)

 

Cette pratique appartient à la quatrième classe de Courant de Transmission, celui de l’Union Insurpassable (anoutarayagatantra)

Les pratiques dénommées ‘Union au Maître’ permettent de recevoir la grâce qui nous ouvre à la réalisation du Grand-Sceau, qui consiste en la réalisation de la nature de l’esprit.

Milarépa est un Maître qui a atteint l’Éveil en un corps et une vie. Il fut très renommé au Tibet et aujourd’hui de par le monde.

Il est préférable avant d’accomplir une telle pratique d’avoir achevé les pratiques préliminaires ou tout au moins d’y être engagé.

 

 

Up

 

 Le Sage-Éveillé Lumière-Infinie (Sanggyé Eupagmé)

 

Sage-Éveillé Lumière-Infinie
(Sanggyé Eupagmé)

Le Bouddha Amitabha (Sage-Éveillé de Lumière-Infinie) est un aspect majeur parmi les pratiques de méditation permettant de développer l’amour et la compassion.

Tous les pratiquants de l’Enseignement du Bouddha prient régulièrement Lumière-Infinie. Sa pratique permet la réalisation de la nature de l’esprit et la renaissance dans sa Terre Pure de Félicité.

La Terre de Félicité est une pure manifestation du Corps de Félicité apparue par la force des souhaits du Bouddha de Lumière-Infinie. Elle est facilement accessible à ceux qui développent une profonde confiance en Amitabha et sa Terre Pure.

Y renaître signifie obtenir la réalisation de la nature de l’esprit et être libéré des contraintes des renaissances dans le cycle des existences. Après avoir rapidement progressé au travers des Terres et des Chemins de l’Éveil, nous pouvons enfin venir en aide aux êtres dont le nombre est illimité et dans ce but, nous pouvons nous manifester dans le cycle sans en subir les inconvénients et les souffrances, puisque la saisie du moi a été vaincue.

Si nous souhaitons approfondir cette pratique, cela nécessite généralement de recevoir l’initiation si possible au préalable par un grand Lama tel que Karmapa ou Shamarpa. La transmission par la lecture rituelle, les explications et les commentaires sont donnés sur place, lors de la retraite.

Up

 

La Libératrice verte (Dreulma Djanggou)

 

Libératrice Verte (Dreulma Djanggou)

 

Cette pratique est basée sur un rituel Terma (Trésor Caché) selon le Kriya Tantra (Courant de transmission de la Conduite), le Tcharya Tantra (Courant de Transmission de l’Action) et le Yoga Tantra (Courant de Transmission de l’Union) que l’on récite à chaque session.

Elle comprend la récitation de louanges et de mantras (Verbes Sacrés) accompagnée de visualisations.

La Libératrice est la représentation féminine de l’Éveil. C’est la mère de tous les Bouddhas (Éveillés). Elle représente la sagesse elle-même. Sa pratique permet de s’ouvrir très rapidement à l’Éveil, si nous développons la foi et la confiance en ce symbole rendu vivant.

 

 

Up

 

La pratique du Bouddha de Médecine (Sanggyé Mènla)

 

Le Sage Éveillé de la Médecine
(Sanggyé Mènla)

 

La pratique du Bouddha de Médecine (Sanggyé Mènla) est basée sur un rituel Terma (Trésor Caché) de l’Anoutara Tantra (Courant de transmission de l’Union Insurpassable), quatrième classe de Tantra, de la tradition ancienne que l’on récite à chaque session.

Elle comprend la récitation d'offrandes, de louanges et de mantras (Verbes Sacrés) accompagnée de visualisations.

Le Bouddha de Médecine est une représentation masculine de l’Éveil. Il réunit la sagesse de tous les Bouddhas (Éveillés).

Sa pratique permet au niveau relatif de se guérir de tous les maux, aussi bien physiques que mentaux et ultimement d’atteindre rapidement l’Éveil, si nous développons la foi et la confiance en ce symbole rendu vivant, comme pour toutes les pratiques du Véhicule de Diamant (Vajrayana).

 

Up

 

Le Transfert du principe conscient (Phowa)

Lumière Infini entouré de Celui-dont-les-Yeux-Embrassent-le-Monde et du Puissant-aux-Grands-Pouvoirs
(Eupagmé, Tchènrézig, Thoutchentob)

 

En préliminaire nous accumulons la récitation de cent mille Mantras (Verbe-Sacré) du Bouddha Amitabha (Sage-Eveillé de Lumière-Infinie), car il est l’aspect essentiel de cette pratique.

Renommée au Tibet comme la pratique qui permet l’éveil sans méditer, il suffit, en effet, de s’y entraîner et de la maîtriser pour devenir capable au moment de la mort, lorsque les signes de dissolution des éléments se manifestent, de transférer son principe conscient dans le Dharmakaya (Corps-de-Vérité) qui est la réalisation ultime.

Ainsi par cette pratique nous pouvons atteindre l’Éveil dès l’instant de notre mort sans avoir à subir l’interruption d’une nouvelle naissance.

 

 

 

Up

 

 La pratique d'Avalokiteshvara (Tchènrézig)

 

Celui dont les Yeux Embrassent le Monde à quatre bras (Avalokiteshvara, Tchenrézig)

 

La pratique d'Avalokiteshvara appartient au grand véhicule et aux courants de transmission de la première classe.

La méditation de la déité et la récitation de son Verbe Sacré permettent l’absorption méditative profonde en développant la vision pure de nous-même, de tous les êtres, de notre environnement, au niveau de l’apparence et des sons, et au niveau de l’esprit en transformant toute saisie dualiste et tout attachement à la saisie de la réalité.

Parfois nous pouvons pratiquer des accumulations du Verbe Sacré aux six syllabes qui possède une grande bénédiction par le souvenir, l’écoute, le port,  le toucher…

 

 

Up

 

La pratique de Trancher  (la saisie du moi, Tib. Tcheu)

 

La Mère-Unique Flambeau de Lapchi
(Matchig Lapkyi Dreunma)

 

Cette pratique du Grand Véhicule (mahayana) est associée à celles des Courants de Transmission (tantra).

Cette pratique d’apparence complexe comprend les principes fondamentaux de l’entraînement de l’esprit (lodjong). Elle est particulièrement puissante pour trancher l’attachement au soi qui est la cause même de toutes nos souffrances.

 

 

 

 

Up

 

La pratique de Nyoung-Né

 

Celui-dont-les-Yeux Embrassent-le-Monde à mille bras et mille yeux
(Tchenrézig Tchagtong Khyentong)

 

Cette pratique est principalement basée sur le développement de l’amour et de la compassion au moyen du pur support de méditation qu’est la manifestation de Tchènrézig à mille bras.

La pratique comporte une première journée de jeûne partiel et une seconde journée de jeûne strict accompagné de vœux d’éthique.

 

 

Présentation de la pratique

La pratique de Nyoung Né signifie demeurer en ascèse. C’est une pratique de méditation comprenant le respect des trois types de vœux : les vœux du Vinaya (relatif à l’éthique pure) en respectant les huit branches des vœux de Sodjong (qui représente la restauration et la purification des engagements relatif à la libération individuelle) qui sont :

 

  • Ne pas ôter la vie (nous respectons toute forme de vie jusqu’à la plus infime),
  • Ne pas prendre les possessions d’autrui (nous abandonnons ainsi l’envie et la convoitise),
  • Abandonner l’activité sexuelle (afin de préserver une éthique pure),
  • Ne pas mentir (afin de ne pas induire les autres en erreur), comprend de ne pas dire de paroles inutiles. (Le jour de Nyoung Né nous observons le silence afin de cultiver l’attention et la vigilance),
  • Ne pas prendre de nourriture aux heures indues (pour faciliter la conscience vive) et ne pas absorber d’intoxicants (afin de garder l’esprit limpide),
  • Ne pas porter d’ornement, de parfum (pour ne pas chercher à paraître en se mettant en valeur),
  • Ne pas chanter ni danser (afin de ne pas attirer l’attention ou se distraire),
  • Ne pas s’asseoir sur des sièges luxueux ou qui ne conviennent pas (afin de ne pas développer l’orgueil).

Pour Nyé Né et Nyoung Né les vœux sont identiques. Pour Nyé Né nous pouvons manger et boire aux heures prescrites, et nous pouvons parler modérément de façon utile. Le jour de Nyoung Né nous ne buvons pas, ne mangeons pas et ne parlons pas.

Nous observons normalement les vœux de Nyé Né le premier jour et les vœux de Nyoung Né le deuxième jour.

Par la façon dont nous prenons ces vœux et dirigeons notre esprit lors de la pratique, nous développons l’esprit d’éveil altruiste, aussi cette pratique s’inscrit dans la pratique du Grand Véhicule (Mahayana). Par la méditation sur l’amour et la compassion manifestés par l’aspect de Tchenrézig à onze visages et mille bras et la récitation de son mantra, nous pratiquons aussi le véhicule du mantra secret encore appelé Vajrayana.

Ainsi, il est enseigné qu’en effectuant parfaitement cette pratique de Nyoung Né, nous devenons un détenteur des trois sortes de vœux.

Nous pratiquons trois fois par jour le rituel de Tchènrézig aux onze visages.

Un Nyoung Né se déroule sur une paire de jours : le premier jour nous prenons une simple soupe de riz le matin à 7 heures et à midi nous prenons un repas exclusivement végétarien. Pendant les pauses nous pouvons nous désaltérer. Le deuxième jour, nous nous abstenons de boisson, de nourriture et de parole jusqu’au lendemain au moment de la soupe de riz. Un Nyoung Né se termine à 9 heures le troisième jour.

Textes nécessaires :

La pratique de du Parfait Vainqueur Adamantin (Namdjompa), les cent mille Mantras (Verbes sacrés), les prières au Bouddha, le rituel de Nyoung Né, le Trésor de Prières de Souhaits, les prières annexes de Nyoung Né.

Parfois nous récitons la longue prière pour renaître dans les Purs Champs de Félicité ou encore nous faisons la pratique du Bouddha de la Médecine.

Les textes en Français sont disponibles sur place.

Requérir la Protection de l’Éveil (Refuge) :

S’engager dans la voie de l’éveil avec la motivation altruiste, se placer sous la protection des Trois Rares et Sublimes que l’on nomme encore les Trois Joyaux, c’est ce que l’on appelle Requérir la Protection de l’Éveil. Dans le Vadrayana comme dans les autres écoles de l’Enseignement du Bouddha, nous nous plaçons sous sa protection qui représente l’Éveil parfait. Nous nous plaçons sous la protection de l’Enseignement de l’Éveil, le chemin qui mène à la libération et de l’Assemblée des Êtres Éveillés qui sont les guides qui nous permettent de suivre la voie sans erreur.  Et encore nous nous plaçons sous la protection des Trois Racines que sont les Lamas (Maîtres Insurpassables), Racine et de la Lignée, les Ydams (Déités Liens de l’Esprit), qui sont des aspects du Bouddha et les Protecteurs de l’Enseignement.

Si vous n’avez jamais requis la Protection de l’Éveil, il serait bon de le faire car il est préférable d’avoir ces vœux si vous souhaitez vous engager dans une pratique du Vadjrayana telle que les Nyoung Né.

La valeur exceptionnelle d’une telle retraite est au-delà de toute explication et imagination. Les bienfaits qui en découlent sont impossibles à mesurer. C’est pourquoi il est particulièrement merveilleux de vous joindre à celle-ci.

Il vous est possible de nous accompagner pour la durée de votre choix.

La pratique de huit Nyoung Né est extrêmement bénéfique.

Il est énoncé par le Bouddha que cela ferme la porte des renaissances dans les six classes d’êtres et permet de renaître en la Terre Pure de Félicité (Déouatchèn).

Même si vous ne pouvez faire qu’un seul Nyoung Né c’est aussi excellent.

Il est enseigné que pratiquer un seul Nyoung Né ferme la porte des renaissances dans les mondes inférieurs où il n’y a que souffrance.

Tout cela est enseigné pour faire comprendre l’ampleur et la profondeur au-delà de toute mesure des bienfaits qui lui sont associés. 

La participation au frais de nourriture et d'hébergement est la suivante :

Revenus par mois

≤ 600€

≤ 1000€

≤ 1500€

≤ 2000€

≥ 2000€

Hébergement par jour
12 € 13 € 15 € 16 € 17 €
Nourriture par Nyé Né
9 € 10 € 12 € 14 € 15 €

Si la durée de votre séjour est de plus de 15 jours, une rédution de 2 € par jour est accordée pour tout la durée du séjour.

Les Nyoung-Né en images

Up